Une lecture douce…

Et que ne durent
que les moments doux
de Virginie Grimaldi

J’aime beaucoup les romans de Virginie Grimaldi et surtout, j’avais adoré son dernier roman  » Il est grand temps de rallumer les étoiles », donc quand j’ai vu qu’elle avait rédigé un nouveau livre, je me suis ruée à la librairie pour acheter « Et que ne durent que les moments doux ». Ce livre mêle deux histoires, celle de Lili qui a accouché d’un petit être, mais bien trop tôt. Sa fille est toute petite, toute fragile et sa vie ne tient qu’à un fil. Elle va rester de longues semaines en neomaternité et on va suivre le parcours de cette maman et de cette petite fille à travers le journal que Lili rédige au quotidien. La seconde histoire raconte l’autre bout que chemin: Le syndrome du nid vide! En effet, le petit dernier d’Elise vient de quitter le nid et cette mère qui a consacré sa vie à ses enfants se retrouve seule. Complètement seule, sans mari, sans activité, sans ami! Elle va devoir se reprendre en main et apprendre à vivre, à se libérer de son rôle unique de maman. Et il y a du boulot! Le deux chemins se croisent de façon surprenante à la fin du roman pour terminer sur une note douce. D’après ce que j’ai lu et entendu, Virginie Grimaldi a perdu un enfant in utero et a aussi vécu la vie de la néomaternité. Elle se livre donc énormément dans ce livre qui est très différent de ceux que j’ai pu lire. C’est un très beau témoignage et c’est également un très bel hommage aux personnels soignants qui se chargent de ces petits anges arrivés trop tôt. Quand j’ai commencé ce livre, j’ai eu un peu peur, car je suis totalement dénuée d’horloge biologique, de volonté de transmission et d’intérêt pour la sauvegarde de mon espèce – non, il ne faut pas compter sur moi pour peupler cette planète, et non, cela ne risque de venir avec les années – et j’ai eu peur de ne pas pouvoir entrer dans le livre en me disant que ce serait peut-être une lecture plus pertinente pour les parents. Je ne vous cache pas qu’il ma fallu un peu plus de temps que d’habitude pour entrer dans l’histoire, mais Virginie Grimaldi mène, comme toujours, bien la danse et nous prend pas la main pour nous faire pénétrer dans son univers. J’ai passé un doux moment mais ce livre ne sera pas mon préféré de son œuvre. Je vous le recommande néanmoins chaleureusement. Une belle lecture à glisser dans ses valises!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.