Lecture patriotique!

La Disparition de Stéphanie Mailer
de Joël Dicker

En Suisse, nous n’avons pas beaucoup d’auteurs contemporains, donc nous sommes très protecteurs avec ceux que nous avons. Alors lorsque Joël Dicker sort un livre, cela fait toujours un peu de bruit. Après « La Vérité de l’Affaire Henry Quebert » que j’avais apprécié et « Le Livre de Baltimore » que j’avais nettement moins apprécié, je me suis lancée dans « la Disparition de Stéphanie Mailer » qui a été publié en 2019. Lorsque je termine une lecture et que je suis si mitigée, j’aime aller voir les critiques sur Babelio pour voir si c’est moi qui suis passée à côté de quelque chose d’important et si une autre vision pourrait m’éclairer. Malheureusement, toutes les critiques rejoignent la mienne: ce roman n’est pas terrible.Il y a une multitude de personnages et de narrateurs, mais le « héros » est Jesse Rosenberg, un policier d’une quarantaine d’années, qui se prépare à quitter la police pour se lancer dans des projets personnels. Juste avant la fin de son service, il découvre des nouvelles informations concernant sa toute première enquête, un quadruple assassinat en 1994, 20 ans auparavant. Son collègue de l’époque et lui-même se seraient trompés de coupable. Cette information lui parvient de la part d’une journaliste qui mène l’enquête et qui se fait assassiner. Troublé par ces faits, les deux policiers décident d’élucider ces meurtres vieux de 20 ans. Spoiler alerte: ils vont y arriver au bout de 630 pages.
Si ces 630 pages avaient été rythmés, je n’aurais eu aucun souci avec cela, mais ce livre a rythme suisse, je dirais même un rythme bernois: il est terriblement lent. L’auteur explique un fait, puis crée un flash-back et il nous raconte à nouveau la même chose avec la voix d’un autre personnage. Moi qui aime tant lire, j’ai vraiment dû m’accrocher pour persévérer en me disant que la chute en vaudrait la peine. Mais même pas. je ne vais pas vous livrer l’intrigue au cas où vous souhaiteriez le lire, mais c’est pas folichon, pas plus que la profondeur des personnages qui sont vraiment un amas de clichés.
Je ne ressors pas de cette lecture très épanouie et j’ai beaucoup de mal à le recommander. Je sais qu’un nouveau livre est prévu pour ce printemps, mais je pense que je fais preuve de suffisamment de patriotisme littéraire pour cette année!

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.