Léonard de Vinci au Louvre!

Exposition « Léonard de Vinci »
au Louvre

Vendredi passé, je me suis levée à l’aube et j’ai bravé les grèves de Paris pour aller visiter l’exposition sur Léonard de Vinci au Louvre! Je suis super fan de l’œuvre de Léonard de Vinci et il me semblait impossible de rater cette exposition. Je me suis donc battue pour obtenir des billets et hop en route! Cette exposition a été organisée pour le cinquième centenaire de la mort de Léonard de Vinci. Il a fallu un temps incroyable, près d’une décennie pour l’organiser et réunir les 179 œuvres qui la composent et qui proviennent du monde entier et même de la collection personnelle de la Reine d’Angleterre. Si vous avez l’occasion d’y aller, surtout ne manquez pas cette occasion et si ce n’est pas possible, j’en profite pour vous parler de cette visite qui m’a enchantée! Je ne suis bien évidemment pas une experte et je n’ai pas cette prétention. Je vais donc vous en parler comme je l’ai perçue!

Cette exposition est une rétrospective de la carrière de Léonard de Vinci, de l’évolution de son travail et de son étude de la vie autour de lui pour « la science de la peinture ». On y trouve quelques œuvres achevées comme La Vierge aux rochers, La Belle Ferronnière, la Joconde, le Saint Jean- Baptiste, La Saint- Anne ou encore la fameuse Cène (pour voir la Joconde, il faudra sortir de l’exposition, car elle n’a pas été déplacé), mais la majorité de l’exposition est composée de croquis et d’études et c’est bien ce que j’ai préférés, car j’ai pu observer, loin des livres, tout son génie. L’exposition commence débute avec cette sculpture: Le Christ et Saint Thomas (1467-1483). Cette première œuvre nous permet d’entrer dans la carrière de Léonard qui a fait ses premiers pas dans les ateliers Andrea Del Verrocchio qui était l’un des plus grands sculpteurs du quinzième siècle. Tout autour de cette œuvre, on voit des esquisses et des études du mouvement du tissu (comme ci-dessus), ainsi que du clair obscur. On comprend donc le travail en amont pour parvenir à cette réalisation. Une autre particularité de cette exposition est de présenter des refléctographies infrarouges. Il y en une pour chaque œuvre. Le but est de montrer le travail réalisé sous la peinture. Plus on s’approche de la réfléctographie, plus on découvre les travails préalables de l’artiste. Ses coup de crayons sont bien visibles! On peut voir aussi qu’il faisait des tentatives, des essais pour définir où positionner au mieux ses personnages. Comme sur cette œuvre où le personnage final est entouré de son personnage en mouvement. Léonard de Vinci tâtonnait avant de se fixer sur son œuvre. Ce qui est très intéressant aussi est de découvrir que Léonard de Vinci aimait en finalité plus ses études que ses œuvres – du moins, c’est ce que je pense – car il en a laissé beaucoup d’inachevés comme avec ce Saint-Jérôme Pénitent. On ne le voit peut-être pas bien sur la photographie mais le tableau est en cours et on ne sait pas pourquoi le peintre a abandonné son œuvre. Pourtant on voit bien tout au long de l’exposition qu’il étudiait tout, qu’il faisait des croquis de tout et qu’il se travaillait dur pour chaque œuvre – et que chaque croquis est une merveille -, mais que souvent il ne les aboutissait pas comme si trop d’intérêts retenaient son attention pour pouvoir se concentrer sur un seul projet. Mais bien sûr il y a quelques œuvres achevées comme la Belle Ferronnière. Cette œuvre a été terminée en 1519 et selon le guide, elle révolutionne ici le portrait féminin par la vitalité du mouvement, la complexité des articulations, le caractère inassignable du regard, la force de l’intelligence et de la volonté, la souveraineté de la conscience. Avec cette œuvre, Léonard de Vinci rompt aussi avec la tradition milanaise du pur profil. C’est une petite révolution… le début des selfies!On retrouve dans cette exposition la célébrissime Cène qui a été réalisée par Léonard pour le réfectoire des Dominicains de Milan, Santa Maria delle Grazie. La salle suivante a été ma préférée! C’est celle où l’on retrouve les cahiers de Léonard de Vinci. Celui-ci en avait toujours un sur lui et il y notait tout avec sa fameuse écriture inversée pour laquelle il faut un miroir pour pouvoir décryptée les textes! Cette salle est incroyable. J’aurais pu y passer des heures à regarder chaque détail et découvrir toutes les belles théories et les pensées visionnaires du génie. Même si ses visions se basaient sur des calculs erronés, il était pour un visionnaire qui n’a encore jamais trouvé son égal dans notre monde. Pour tout comprendre, je me suis appuyée sur l’audioguide et le petit guide, et c’est là que je rouspète un peu. L’audioguide n’aborde que 22 œuvres. C’est un peu léger, car il me semble qu’il y a beaucoup à raconter . De plus, les œuvres ne sont pas présentées dans les ordres des numéros du guide, ce qui fait certaines personnes – il y en a beaucoup  – suivent le flux, d’autres tentent de suivre la numérotation et enfin les derniers tiennent des colloques au milieu des passages. C’est le bronx!Pas facile de rester zen, mais impossible de dire tant pis… je passe cette œuvre, car en réalité, il n’y aura pas d’autres occasions. J’ai été vraiment surprise par cette organisation du Louvre – qui gère quand même beaucoup de visiteurs au quotidien – qui finalement crée des bouchons et n’encourage pas une visite harmonieuse et épanouissante! Du coup, on ralentit, on attend et il faut vraiment beaucoup de temps, si on veut tout voir. Et moi je n’ai pas eu le temps de tout voir. Heureusement, j’ai pu voir tout ce m’était important! A l’arrivée, cette salle était le plus chargée, mais j’ai vraiment pris le temps de découvrir chaque document pour arriver à l’Homme de Vitruve! Selon le guide, sur ce croquis, Léonard s’est penché sur les rapports arithmétique et géométriques qui régissent le vivant, sur le canon du IIIe livre de Vitruve, théoricien romain de l’architecture. Vitruve y inscrit notamment le corps humain dans le ce cercle et dans le carré. Léonard propose une interprétation figurale de ce passage, ce que Vitruve ne fait pas, la relation au cercle et la relation au carré, et corrige les valeurs de l’architecte en fonction de sa propre expérience des donnes anthropologiques. Bon… vous l’aurez compris, j’ai adoré cette salle et j’y ai passé beaucoup de temps – en plus, je n’ai frappé personne, ce qui est en soi un exploit! Mais du coup, il m’a resté moins de temps pour faire la dernière salle, car à cause des grèves, je ne voulais pas prendre le risque de rater le dernier avion. J’ai donc accélérer le mouvement et je me suis arrêter que sur des œuvres particulières. Dans cette salle, la science passe au second plan et c’est la vie qui arrive en premier et commence à apercevoir cette technique qui pour moi est vraiment propre à Léonard: Le sfumato qui est réalisé avec de l’huile. Comme avec cette peinture: la Scaliapiliata ou L’Echevelée qui la plus belle de toutes ces œuvre, même si elle est inachevée!

La Scaliapilata évoque la Vénus dont le grand peintre de l’Antiquité, Apelle, avait porté la tête et le buste à un extraordinaire état de perfection. Une veritable merveille. Je termine cette visite avec le Saint Jean-Baptiste qui représente la beauté idéale et qui garde encore quelque chose de la pureté de l’adolescence dans la force de l’âge adulte. c’est un joli point final pour cette exposition. Je termine ainsi donc cette petite présentation en répétant bien que je vous ai montré qu’une infime partie de l’exposition, et ce que j’ai préféré! C’était vraiment un moment magique et si j’avais pu, je serais restée plus longtemps (je suis restée 1h30). Je vous recommande vivement d’y aller! La culture n’est jamais une perte de temps et c’est vraiment une exposition qui vaut le détour et qui est extrêmement précieuse par la rareté et la qualité des pièces qui sont réunies! J’en suis ressortie encore plus émerveillée par le travail de cet artiste!

Informations pratiques
Site Internet: https://www.louvre.fr/expositions/leonard-de-vinci
Date: Jusqu’au 24 février 2020
Adresse: Au Louvre à Paris

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.